Bienvenue sur Le portail de la tapisserie contemporaine
Portail de la Tapisserie Contemporaine
et
Des Oeuvres de création textile
 
Accueil  ·   ·   ·   ·  Proposez un article  ·   ·   ·  les artistes  ·  ·  · 

 ·  Nous sommes le

Attention , exclusivité

Rencontre avec la tapisserie contemporaine: Documentaire vidéo en deux parties:

Les lissiers créateurs

Les lissiers interprètes

Portail

· Accueil
· Contact: artistelicier@free.fr
· Recommandez ce site
· Proposez un article
· Liens
· Notre éthique
· Définir la tapisserie


Membres


· Les artistes du site
· Les annonces




Histoire

· Histoire
· Musées et autres lieux
· Livres
· Auteurs célèbres
· Tentures célèbres
· Aubusson
· Angers
· Saint-Lô
· Tournai:TAMAT
· Beauvais
· Mobilier national
· Lausanne


Techniques

· Glossaire
· Les metiers à tisser
· Les techniques
· Le licier
· Tissage et tapisserie


Divers

· Fils et métiers


Contributions

szama
· Les Szamas par Marika Szàraz
· ou exposer en France? par E.Caveyrac


Videos

· Mobilier National
· Rencontre avec la tapisserie contemporaine: les lissiers créateurs
· Rencontre avec la tapisserie contemporaine: les lissers interprètes


 

Interview des auteurs du film Rencontre avec la tapisserie contemporaine

 
 

 

Le Portail de la tapisserie contemporaine : Comment vous est venue l'idée de faire ce film?

Bernard & Agnès: La tapisserie contemporaine est un art majeur que peu de gens connaissent, faute d'en entendre parler. La culture artistique est devenue trop rare dans les médias, bien que les amateurs d'art soient toujours aussi nombreux.

L'expérience nous a pourtant montré que les expositions de tapisserie connaissent toujours un réel succès. Un domaine comme le nôtre est condamné à rester confidentiel si personne ne le montre, s'il n'existe pas de documentaires traitant de cet art.

Depuis que le site du portail de la tapisserie contemporaine existe, nous avons reçu de nombreuses demandes à ce sujet. Il a bien fallu constater qu'aucun film n'existait avant, à l'exception de sujets très spécifiques sur une technique, un artiste ou un lieu. Ce manque de documentaires nous est apparu dommageable pour ce médium qu'est la tapisserie à l'ère du tout image.

 

LPDLTC. : Pourquoi l'avoir fait vous-même?

Bernard & Agnès :Notre but est pédagogique, nous voulons être une base de données, sans parti pris. Réaliser soi-même un tel documentaire est la garantie de ne pas voir le projet dévier sous telle ou telle influence, vers telle ou telle orientation.

Qui plus est nous n'aurions trouvé personne pour le faire, ceci pour plusieurs raisons:

Les organismes institutionnels tels que musées ou fondations n'ont plus d'argent, ils peinent déjà à conserver les oeuvres, et n'ont plus d'acquisitions si ce n'est par donation.(à l'exception d'Aubusson qui finance actuellement le projet de Cité Internationale de la tapisserie et des arts tissés, dans le but de redonner un essor économique à la région.)

Les chaînes de télévision ont des cahiers des charges entièrement tournés vers l'audimat. Ils nous ont tous annoncé que leurs grilles de programmes ne comportent pas de créneaux prévus pour ce genre de documentaire.

Même les chaînes culturelles ne prennent aucun risque; il faut que l'artiste soit déjà mondialement connu ou bien que ce soit le réalisateur du film. Qui plus est, tout sujet trop spécifique, trop érudit est écarté d'office, de peur de perdre en audimat.

C'est pourquoi les rares documentaires réalisés aujourd'hui en reviennent toujours à l'aspect artisanal et anecdotique de la tapisserie.

 

LPDLTC.: Comment avez-vous conçu votre projet? Etes vous journaliste?

Bernard & Agnès : Nullement, mais par contre, nous connaissons parfaitement le monde de la tapisserie pour l'avoir fréquenté de l'intérieur.

. Cela nous évite de tomber dans l'écueil des questions bateau du genre combien de temps faut-il pour faire une tapisserie

Pour l'aspect technique, nous avons mis trois ans à nous former à la vidéo et à la photo en réalisant d'autres documentaires.

 

LPDLTC.: Avez-vous reçu un bon accueil des artistes et institutions?

Bernard & Agnès : Oui, un excellent accueil, après avoir expliqué nos intentions bien entendu.

Nous sommes d'abord allés à la rencontre des institutions, à la fois pour prendre conseil et pour demander des autorisations de tournage.

Notre projet a été discuté, critiqué, quelques fois violemment, ce qui nous a permis de prendre du recul. Mais tout le monde a accepté de jouer le jeu.

Nous avons ainsi pu constater que chacune des entités contactées avait un point de vue précis, ne correspondant pas souvent avec celui les autres.

Selon les traditions, selon les orientations, nous aurions pu faire 20 films différents. C'est d'ailleurs ce que nous avons réalisé. Après avoir visité et filmé chacune des institutions, nous avons réalisé un documentaire de synthèse pour demander aux intéressés si le film réalisé ne trahissait pas l'image de l'institution en question.

A chaque fois, nous avons eu le feu vert, et nous avons ainsi une magnifique collection de documentaires riches et variés. Mais là n'était pas le but initial. Le film lui-même est en fait la synthèse de ces vingt documents.

LPDLTC.:Qu'aviez-vous prévu à l'origine?

Bernard & Agnès : Nous voulions faire un film généraliste sur la tapisserie contemporaine. Notre expérience nous avait montré que le public en général, y compris les amateurs d'art, ont une idée souvent rétro et passéiste de la tapisserie (Les plus érudits se sont arrêtés à Lurçat).

Nous savions qu'il était nécessaire de rectifier cette image en faisant savoir qu'aujourd'hui, la tapisserie est un art aussi vivant que la peinture ou la sculpture.

Notre film n'est pas une thèse, c'est un témoignage sur ce qui existe et ce qui se fait de mieux aujourd'hui en la matière.

Nous avons en quelque sorte pris le contre-pied de ce qui se fait d'habitude dans les médias, c'est à dire de ne montrer qu'un seul artiste pour l'ériger en icône.

. Ici, le sujet est l'art de la tapisserie, sous toutes ses formes, l'intention étant de laisser le public découvrir un domaine souvent inconnu et ses multiples facettes. A lui ensuite de choisir selon ses goûts.

 

LPDLTC.: N'est-ce pas un peu ambitieux de vouloir tout montrer en un seul film?

Bernard & Agnès : Bien sûr que oui, surtout si l'on considère que l'art textile en général est admis par bon nombre d'acteurs de la tapisserie comme partie intégrante de cet art.

Il a donc fallu faire un choix que nous avons voulu pédagogique et aussi neutre que possible. Nous n'avons pas voulu donner l'image tant répandue d'un artisanat d'excellence (ce que les télévisions auraient mieux compris et que nous respectons), pour nous axer sur l'aspect purement artistique de la tapisserie.

. En cela nous avons eu l'adhésion totale des différents représentants de cet art. Nous avons donc limité le film à la tapisserie contemporaine, sachant que l'art textile qui est un domaine très (trop) vaste pourra faire l'objet d'un autre documentaire. Nous ne pouvions pas tout montrer en 54 minutes.

 

LPDLTC.: Vous avez donc scindé le film en deux parties: lissiers interprètes et lissiers créateurs. Pourquoi ce choix?

Bernard & Agnès : Quarante ans après les biennales de Lausanne et l'explosion de la tapisserie en dehors du mur, il faut bien reconnaître que c'est le sujet qui divise encore beaucoup, chacun des deux camps étant persuadé de détenir la vérité.

Cela explique que cet art est peu connu, puisque cette division empêche souvent les différents représentants de s'unir.

Nous avons donc voulu montrer que personne n'a tort et personne n'a raison, seul compte le résultat: ça touche ou ça ne touche pas. Comme tout art majeur, peu importe la technique ou le chemin , seule compte l'émotion et le sentiment du spectateur.

 

LPDLTC.: Malgré tout, ils ont tous accepté d'être réunis sur un même film?

Bernard & Agnès : Nous avions pris comme engagement que rien ne serait dénigré, que toutes les expressions seraient traitées de manière positive, de façon à donner envie au public de voir de la tapisserie, quelque en soit l'origine...pourvu que ce soit de l'art. Et c'est ce qui a été fait.

 

LPDLTC.: En faisant vous-même ce film, n'est-il pas quand-même partisan? parlez nous des critiques , des réactions:

Bernard & Agnès : Il est évident que ce documentaire porte notre signature, que c'est notre bébé. Fait par un autre se serait un autre film. Mais les réactions n'ont pas été dans ce sens.

Côté acteurs du film, beaucoup de remerciements, tout le monde va s'ingénier à le diffuser par tous les moyens. Le message est donc passé; plus on parlera de tapisserie, plus les professionnels en bénéficieront, plus le public en réclamera.

Côté spectateurs, la réaction est tout à fait celle que nous attendions. Les gens découvrent un médium dont ils ignoraient l'existence, du moins sous cette forme.

 

LPDLTC.. Quels seront vos plus grands souvenirs?

Bernard & Agnès : Il y en a beaucoup, il est impossible de les citer tous. Nous avons été très contents de travailler en toute amitié avec Josep Grau Garriga , le lendemain d'un référendum catalan sur l'autonomie de cette région.

Evoquer avec lui 80 ans de sa vie en feuilletant son livre de souvenirs, comment ne pas aimer un tel personnage? apprendre son décès le jour où nous étions avec Lluis Campins dans le musée de Sant Cugat del Valles, nous ne l'oublierons jamais.

Il y a aussi le privilège d'avoir eu les portes grandes ouvertes dans tous les ateliers des manufactures du Mobilier National et d'y rencontrer de grands artistes contemporains (Vincent Bioulès, Jean Le Gac, Béatrice Casadesus, Isabelle Champion Métadier, Patrick Tosani,...) ainsi que des hommes et des femmes passionnés par leur métier.

La patience et la gentillesse et l'érudition de Françoise de Loisy qui va nous guider à maintes reprises dans le musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine d'Angers.

Mais ce qui restera aussi, ce sont tous ces moments d'intimités partagés dans tous les ateliers avec des artistes tous aussi sensibles et chaleureux les uns que les autres. Un grand bouillon de culture.

Nous pensions bien connaître le monde de la tapisserie, nous avons nous-même appris beaucoup. Nous savons donc qu'il en sera de même pour ceux qui découvriront de film.

 

LPDLTC.: Si c'était à refaire?

Bernard & Agnès : Nous signerions tout de suite. Une telle expérience enrichit beaucoup intellectuellement, par la diversité des personnes que l'on rencontre. On oublie complètement tous les obstacles rencontrés pour ne retenir que la beauté de toutes ces oeuvres qui nous ont été présentées. Il n'est pas dit d'ailleurs que ce soit notre dernier film.

Un grand merci à tous ceux qui nous ont fait confiance. Et surtout,aidez-nous à faire connaître ce film, à le diffuser. Parlez-en autour de vous.

 
 

 

        

 

 

 

 
Information





Parution du livre:
De la tapisserie au Fiber Art.
Les Biennales de Lausanne 1962-1995
Fondation Toms Pauli Lausanne et Skira
Editore Milan
Auteurs : Giselle Eberhard Cotton et Magali Junet, Fondation Toms Pauli, Lausanne
2 éditions (français et anglais), 224 pages, 200 ill.
L’ouvrage peut être commandé chez skira@skira.net ou dans votre librairie habituelle.



TAMAT
Centre d'art contemporain du textile de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Place Reine Astrid,9
- B-7500 Tournai


Collections permanentes
Du samedi 01 avril 2017 au dimanche 27 août 2017

(voir site de Tamat)





Angers

Libres comme l'art.
XIè triennale internationale des mini-textiles
10-06-2017 - 07-01-2018
Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine
(voir musées d'Angers)







Cité Internationale de la Tapisserie et de l’Art Tissé à ouvert son site
(Cité internationale de la tapisserie et des arts tissés)



Galerie des Gobelins
42 avenue des Gobelins, 75013 Paris
voir site du Mobilier National






Musée Départemental de la Tapisserie d'Aubusson


ombrelle (voir page Musée d''Aubusson)


Recherche

Recherche

retour



Hongrie

Kedves Magyar Barátok !

Amis hongrois, bonjour!



Le Domaine de la Lice


Domaine de la lice
Regards tissés


voir le site du Domaine de la Lice
Le Domaine de la Lice est une absl (association belge) qui regroupe les créateurs dans le domaine de la tapisserie en Belgique
En savoir plus




un autre site

"merci de votre visite!"